Une petite place pour mon vélo, s’il vous plait? |

En ville sans ma voiture

Une petite place pour mon vélo, s’il vous plait?

 

Stationnement véloAu printemps dernier, me voilà en route pour faire des courses avec mon mari en vélo en direction du boulevard Saint-Laurent, sur notre « main street » montréalaise comme on l’appelle ici. Le boulevard Saint-Laurent est une rue pensée pour permettre une circulation automobile fluide, mais aussi pour que les piétons puissent déambuler sur de larges trottoirs à l’avant des nombreuses boutiques et des restaurants qu’offre l’avenue. Sur ces trottoirs, se trouvent également des stationnements pour nos vélos, ouf! Pas besoin de chercher un poteau ou un arbre. Bref, tous les modes de transport sont là et chacun semble y trouver à sa place. Une fois nos sacs bien remplis hissés sur notre dos, nous voilà à retrouver notre vélo qui attend sagement qu’on vienne le reprendre. Hé bien, me croirez-vous ou pas, il y avait une femme qui attend immobile à côté de moi. Après m’être interrogée sur son attente, je découvre finalement son intérêt pour… ma place de stationnement vélo!

Comme nos amis les automobilistes, à vélo aussi, dans les secteurs commerciaux achalandés, on attend patiemment qu’une place se libère. J’y vois là un signe positif : nous sommes de plus en plus nombreux à nous déplacer en vélo !…Par contre, nos stationnements vélo semblent commencer à saturer! Moi qui prends mon vélo pour ne pas perdre de temps et éviter d’avoir à payer du stationnement, je crains de ne plus pouvoir trouver de places pour cadenasser de façon sécuritaire mon vélo rapidement.

Alors, chers élus, urbanistes, aménageurs, gestionnaires immobiliers, dirigeants d’entreprises et particuliers : pourriez-vous penser à nos vélos comme vous le faites pour nos autos? Lorsqu’on compare le ratio du nombre de cases de stationnement pour voiture par habitant qui est de 1 pour 31 à Montréal au nombre de places de stationnement pour nos vélos, 1 pour 702, on se dit qu’il y a encore du chemin à faire pour être équitable entre automobilistes et cyclistes. Si l’on considère qu’une case de stationnement auto peut accueillir jusqu’à 10 places de stationnement pour vélos, on pourrait facilement inverser la tendance !

4 commentaires sur Une petite place pour mon vélo, s’il vous plait?

  1. Emilie Voyer :

    Oui oui plus de stationnements de vélo! CAr c’est monnaie courante un peu partout à Montréal.

    Et j’ajoute que les stationnements de vélo je souhaite qu’ils soient beaux et bien pensés.

  2. Pierre-Luc Auclair :

    Je m’interroge quant à votre source du 1:70, cela m’intéresse!

    Je suis d’accord avec votre article. Non seulement le stationnement vélo est rare à Montréal, mais il dessert rarement les générateurs d’achalandage de façon moindrement efficace.

    Quant au 10 places pour vélo dans une case de stationnement, il est facile de faire monter ce ratio jusqu’à 16. J’ai d’ailleurs calculé récemment qu’en remplaçant 3 cases de stationnement sur une rue typique montréalaise (type Plateau, Rosemont, Villeray, longueur 300m), il était possible d’ajouter 48 espaces pour vélo en enlevant moins de 4% de la capacité automobile. Il serait même probablement possible de réduire la perte d’espace automobile en optimisant l’emplacement des nouvelles stations pour vélo à des endroits où le stationnement automobile n’est pas possible présentement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec un *

*